Vers une cuisine 0 déchet : mes tips d’étudiante pour moins jeter !

Un petit tour en cuisine pour moins jeter au quotidien


Forcément quand on parle de 0 déchet, la cuisine est l’un des premiers lieux qui me vient à l’esprit. Parce que j’adooooore passer des heures à préparer des petits plats maisons. Et puis c’est un des endroits où les déchets s’entassent à foison. Stop les poubelles que l’on descend tous les 2 jours, il est grand temps de se mobiliser contre le gaspillage et la surconsommation.

Comme je te le disais dans un précédent article, un de mes premiers conseils est d’éviter au maximum les supermarchés pour ne pas se laisser tenter par des produits transformés et des aliments suremballés. (Bon évidemment on relativise : je ne suis pas surhumaine ni pro en 0 déchet donc je vais encore au supermarché de temps en temps, mais l’idée c’est de te donner de bons conseils, pas mes erreurs de parcours)

Et mes courses je les fais où du coup ?

Au plus près des producteurs !

Marché, AMAP, producteurs locaux, oust les gros primeurs, on veut du local, de saison et si possible (et pas trop cher) bio. De cette manière, on limite les quantités de produits chimiques sur nos fruits et légumes, on est assuré de la qualité des produits et on réduit le transport donc l’empreinte écologique.
Pour transporter tout ce beau petit monde, je te laisse choisir entre un joli panier pour frimer, ou un cadis de mémé (devine quelle option j’ai choisi ?!)

Le MUST du must c’est d’emporter ses propres emballages !

Des sacs en tissus (à shopper en magasin bio ou à faire soi-même), des bocaux, des tupperware (en verre c’est mieux), des boites d’oeufs que l’on réutilise… Et on demande gentiment aux commerçants de ne pas nous donner de sac plastique/papier (ou poches pour mes lecteurs bordelais ♥).

Et puis on dit bonjour à notre ami le vrac. En magasins bio et maintenant dans de nombreuses grandes surfaces, les produits en vrac ont trouvé leur place dans de grands bacs. On prend la quantité souhaitée pour éviter de jeter et on ne paye pas le prix de l’emballage, le top non ?
Contrairement aux idées reçues, le vrac ne te coûte pas plus cher. Bien au contraire !
En moyenne, éviter le plastique te fera réaliser 15% d’économies chaque mois, allez on dit merci à tata Emma !

Quand je cuisine à emporter (pour aller à la fac par exemple), je mets mon repas dans un gros bocal en verre plutôt que dans un tupperware en plastique.
(Pour info : le plastique se transfère dans la nourriture et encore plus si ton plat fait un tour au micro-ondes).

Et puis je n’oublie pas ma bouteille en acier qui remplace à merveille celle en plastique (et c’est bien plus joli pour mes photos Instagram)

En soirée on proscrit les gobelets en plastique et on ramène son écocup pour boire à volonté ! (soyons franc : qui n’a pas d’écocup chez soi en 2018 ?)

Tant qu’on y est à parler boisson : les bouteilles en plastique on leur dit ADIEU !

Sorry de te décevoir, mais le plastique c’est pas fantastique.

C’est plutôt l’ennemi numéro 1 de ton corps alors que l’eau c’est ce qui te maintient en vie. Il va sérieusement falloir m’expliquer comment on en est arrivé à les associer… ???

Une autre astuce pour lutter contre le plastique : shop ton/tes tote(s) bag.
Léger, hyper pratique et pour seulement quelques euros, il te permettra de transporter ton bordel tes jolies affaires où tu le souhaite !

Les déchets de la cuisine se trouvent aussi dans nos assiettes :

Un français moyen jette 79kg de nourriture par an, dont 20kg de restes et aliments même pas déballés… Pour info : un yaourt est consommable jusqu’à 3 mois après sa date limite ! 

Ma solution : on achète moins, mais mieux !

On ne va pas faire ses courses complètement affamé, on lit les étiquettes, on ne se jette par sur les « promos qui valent trop le coup » et on attend que le frigo soit plus ou moins vide avant de s’empresser de le remplir à nouveau. 

Assiette végétarienne de chez Kitchen Garden

Réduire sa consommation de viande :

Alors clairement ça, c’est le sujet qui fâche. Et puis je pourrais argumenter des heures, mais je crois qu’un autre article à ce propos serait le bienvenue pour éviter de trop polluer celui-ci.
Rassure-toi, je ne viens pas te faire de la propagande de bobo-bio-végétarienne-écologiste-en colère à te faire cracher ton bout de saucisson parce que tu es un tueur pervers sans coeur. SURTOUT PAS !!
Je souhaite simplement poser des faits, pour t’informer, te sensibiliser, te donner mon ressenti, mais je ne veux pas t’obliger, ni t’imposer mon rythme de vie.
Plus les gens sont forcés, moins ils ont envie de coopérer. 

Alors à titre indicatif :
1 kg de viande de boeuf nécessite + de 15 000 litres d’eau pour être produit.
La viande est omniprésente dans nos sociétés et n’est plus dégustée à sa juste valeur. On surproduit et sur-consomme. Cela engendre des conséquences déplorables pour l’environnement.

Tu  savais que pour nourrir un cochon qui finira en jambon, on le gave très souvent de poissons ?

Sans parler de supprimer la viande de ton alimentation, tu peux simplement y réfléchir et réduire les quantités pour manger des produits de qualité.
Est-ce que ce steak dans ton burger de chez Macdo vaut vraiment le coup, gustativement parlant ? (La salade végé ne vaut pas mieux, mais ça c’est un autre problème)

Peut-être que tu pourrais acheter moins de viande en supermarché, pour t’en procurer dans une boucherie locale, ou au marché avec des producteurs raisonnés ? Je t’épargne les visions de l‘élevage industriel et te laisse plutôt imaginer un agneau qui gambade dans un pré. 

Agneau Néo-Zélandais (photo prise par mes soins)

Déchets organiques, déchets quand même ? 

Pour réduire la taille de ta poubelle, tu peux mettre en place un compost.
Encore une fois, je te vois venir : « j’habite en appartement donc je ne peux pas faire un compost« . Sauf que même en appartement c’est possible !
Il te suffit d’un grand bac avec un couvercle et le tour est joué. Dans de très nombreuses villes tu trouveras des bacs à compost collectifs dans lesquels vider le tien lorsqu’il sera trop plein. Et encore une fois, c’est hyper économique car les déchets organiques se détruisent naturellement (adieu les 4 sacs descendus chaque semaine regorgeant de feuilles de salade abimées et autres fruits trop mûrs).

Je crois avoir à peu près fait le tour du sujet, je te laisse digérer ça tranquillement et puis on se retrouve très bientôt,

Douce soirée (et go végé),

Em 

Written by

2 comments / Add your comment below

Laisser un commentaire